Culture et Éducation

Dieu et le Mal : un colloque passionnant à l'ICP (2/3)

Etre né de deux parents morts en camp de concentration, est-ce enviable ou pas ? D’un mal peut-il naître un Bien ? Quelle est la responsabilité divine dans l’existence du Mal ? Comment Dieu peut ne pas le vouloir mais le permettre ? Ce dernier est-il une limite à sa bonté ou à sa toute puissante, voire une preuve de son inexistence ? Ces questions sur le Mal taraudent notre humanité depuis ses origines. Un colloque universitaire vient de se pencher sur ce sujet à l’Institut catholique de Paris (ICP), organisé par l'axe de recherche « Philosophie de la religion », rattaché à l'Unité de Recherche « Religion, Culture et Société ».

Dieu et le Mal : un colloque passionnant à l'ICP

Dieu peut-il rester en dehors de la question du Mal ? Y aurait-il une « logique du Mal » qui se déploierait dans le monde, voire une apparition du « Mal en personne » ? La question du mal, de ses racines et de ses acteurs, s'est posée à notre humanité déchirée depuis les origines. Un colloque universitaire vient de se pencher sur ce sujet il y a une semaine à l’Institut catholique de Paris (ICP), organisé par l'axe de recherche "Philosophie de la religion", rattaché à l'Unité de Recherche "Religion, Culture et Société". Grâce à la bienveillance de son organisateur, le philosophe de renommée internationale Emmanuel Falque, KTO y a installé ses caméras et peut ainsi vous offrir trois des conférences, diffusées ce mardi, puis les deux suivants.

Qui est Josué, successeur de Moïse ?

« Après la mort de de Moïse, le serviteur du Seigneur, le Seigneur parla à Josué, fils de Noun, auxiliaire de Moïse, et lui dit : « Moïse, mon serviteur, est mort ; maintenant, lève-toi, passe le Jourdain que voici, toi avec tout ce peuple, vers le pays que je donne aux fils d’Israël » ». Tels sont les premiers versets biblique du livre de José. Mais qui est-il donc ? Dans les livres précédents, il était « Serviteur de Moïse », désigné ensuite par le prophète comme son successeur. Entre temps, il va asseoir sa notoriété en explorant le pays de Canaan pour y conduire le peuple d’Israël.

Vies de famille : quelle préparation à la première communion ?

Quelque soit leur âge, les enfants ont souvent un grand désir de recevoir l’Eucharistie, l’un des sacrements de l’initiation chrétienne, avec le baptême et la confirmation. Mais le contexte social et culturel des enfants a changé. Beaucoup aujourd'hui ne connaissent plus le Christ, ou ne pratiquent pas leur foi de manière régulière. La préparation à la première communion a donc aujourd'hui une importance capitale pour aider les enfants à faire un chemin spirituel et à vivre une vraie rencontre intime avec le Christ.

"Eglise et Mémoire" : Conférence de Mgr Jean-Louis Bruguès

Comment passer de l’avenir à la mémoire ? Quel lien entre les deux ? La mémoire prépare-t-elle l’avenir et comment ? Telle sont les questions auxquelles s’est affronté Mgr Jean-Louis Bruguès lors de cette conférence intitulée « Eglise et mémoire ». L’évêque français est bien placé pour réfléchir à la nature de ces liens : il est bibliothécaire et archiviste de l’Eglise romaine, en charge donc d’une bonne partie de la mémoire de l’Eglise. Il se considère comme une sorte de « ministre de la mémoire de l’Eglise catholique ». Auparavant, il a été aussi 5 ans durant, secrétaire de la Congrégation pour l’éducation catholique à Rome : une sorte de ministère de l’avenir qui aidait les jeunes des écoles catholiques, et ceux des séminaires, à grandir en humanité, en vie chrétienne. Des jeunes qui composaient le futur de l’Eglise et de la société.

Jeudi théologie : la reconnaissance

Ce matin sur KTO, à 10h45 comme tous les jeudis, c’est cours de théologie ! Au programme : « Y a-t-il quelqu’un pour me reconnaître ? Manger le pain de la reconnaissance ». Gemma Serrano, co-directeur du département "Sociétés humaines et responsabilité éducative", Professeur de Théologie à la Faculté Notre-Dame, invite les élèves-téléspectateurs à la suivre sur le chemin qui conduit de cette question à cette invitation. Elle interroge ainsi notre désir et besoin d’être reconnu, notre attente et demande de reconnaissance, et va jusqu’à pointer combien la reconnaissance prime souvent sur la connaissance. Elle parle surtout de la relation avec le prochain et demande comment aimer Dieu qui est amour si déjà nous ne pouvons aimer cet Autre ?

Bruno Putzulu et Savitri de Rochefort

Belle soirée en perspective avec ce VIP où Emmanuelle Dancourt reçoit Bruno Putzulu, un artiste d'origine sarde qui a passé son enfance en Normandie. Attiré un temps par le football et les arts martiaux, cet homme a la forte personnalité est entré en 1990 au Conservatoire national d'art dramatique avant d'intégrer, en 1994, la Comédie-Française. Au cours de ses neuf années passées au Français, il a reçu un César du Meilleur espoir. A l’écran, Tavernier, Améris, Audiard, Godard et Mocky ont fait appel à son talent. Sa carrière oscille entre théâtre, cinéma et bien d'autres projets. Proche de Philippe Noiret, il a même publié un livre de conversations avec lui en 2007. Il joue prochainement dans une pièce intitulée L'attentat qui se déroule sur fond de conflit israélo-palestinien et participe à la comédie musicale Italiens, quand les émigrés c'était nous qui fait écho à son histoire familiale.

Sylvie Germain et Bruno Rotival : les mots et les images

Discrète mais très prolixe avec trente-six livres publiés et souvent récompensés, Sylvie Germain poursuit son oeuvre littéraire en publiant actuellement À la table des hommes (Albin Michel). Romancière hantée par la question du mal et fascinée par le christianisme, elle a étudié la philosophie avec Emmanuel Lévinas et rédigé un mémoire sur la notion d’ascèse dans la mystique chrétienne. Originaire de Châteauroux, amoureuse de la Tchécoslovaquie, elle est partie vivre à Prague en 1986 où elle a enseigné la philosophie et le français. Depuis 1993, elle vit entre Paris et La Rochelle. En 1999, elle a aussi rédigé une biographie d'Etty Hillesum.

La culture et le dialogue contre la haine

Un an après les attentats du 7 au 9 janvier à Paris, dont à la rédaction de Charlie Hebdo et dans un supermarché casher, KTO vous propose deux rendez-vous en lien avec ces événements. Et l'Epiphanie est l'occasion d'adorer l'Enfant-Jésus.

Maïte Roche, les pinceaux de la foi

Pas d’émission de cuisine ce soir sur KTO comme une mauvaise prononciation du prénom Maïte pourrait le faire croire ! L’invité d’Un coeur qui écoute, « votre rendez-vous de spiritualité », s’appelle Maïte (sans accent sur le « e ») Roche. Elle est aussi originaire du sud-ouest mais aux couteaux et cuillères elle a préféré les pinceaux et les couleurs : Maïte Roche est l’auteur de nombreux livres religieux que l’on voit feuilletés par les plus jeunes pendant la messe tels « La Belle histoire de la Bible » et « La Belle histoire de Noël ».