« La vie s’en allait et pourtant je l’aimais. Jamais je n’ai voulu la quitter mais je n’étais pas digne d’une telle beauté ». Ces lignes griffonnées sur un feuillet sont celles de la jeune Inès morte dans un incendie accidentel.

Elles sont l’une des raisons pour lesquelles, des années plus tard, son père Philippe Delaroche, journaliste littéraire, a écrit La Gloire d’Inès (Stock). Ce vendredi soir, il est sur le plateau de L’Esprit des lettres afin d’en parler à Jean-Marie Guénois. Au cœur de la librairie parisienne de la Procure, il incarne l’enjeu d’une littérature qui cherche à exprimer, avec des mots, l’indicible, le mystère de la vie et du monde.

A ses côtés, et dans le même registre profond, Julien Delmaire vient présenter son deuxième roman, Frère des astres (Grasset). Poète et écrivain, il conte le destin d’un jeune homme qui quitte son Orne natale et chemine de cathédrale en cathédrale. Un ouvrage qui parle de Dieu, de prière, de misère et de foi.

Enfin, Marion Muller-Colard, théologienne protestante qui a cessé d’être aumônier en hôpital afin de se consacrer à l’écriture, est là avec son livre Le complexe d'Elie (Labor et Fides). Une sorte de conte mi-philosophique, mi-théologique, qui interroge le lecteur sur l’engagement en politique et la tentation du retrait. Un livre qui dérange mais parle à tous et pose la question fondamentale de la vie en société.

Un magazine diffusé le vendredi 27 mai à 20h40 sur KTO. A revoir ensuite sur cette page.