L’exploitation massive et illégale du coltan, le « minerai du sang » (minerai très résistant, prisé dans l'aéronautique et l'électronique), en République démocratique du Congo (RDC), et en particulier dans la région du Kivu qui détient entre 60 et 80 % des réserves mondiales, cause encore de nombreuses victimes, dans l’est du pays.

Le Père Vincent Machozi, assomptionniste congolais, qui oeuvrait auprès de l’ethnie Nande, victime de massacres commis par des rebelles rwandais plus ou moins intégrés dans l'armée congolaises, qui contrôlent cette région, l’a payé de sa vie.

Cette semaine, Eglises du Monde reparle de cet assassinat et s’intéresse à cette région de RDC qui, depuis 20 ans, est le théâtre d’une guerre qui a fait 6 millions de morts. Depuis un an et demi, un nouveau drame touche le Nord Kivu : la population de Beni et Lubero, est victime de massacres particulièrement cruels.

Face à cela, les autorités congolaises et la communauté internationale ferment les yeux. Une situation dénoncée par l’Eglise du Congo : en mai dernier, les évêques de l’Est du pays ont parlé d’un climat génocidaire.

Ce soir, Stéphanie Dupasquier reçoit le congolais Boniface Musavuli pour décrypter cette situation dramatique et alarmante. Analyste politique et militant des Droits de l’Homme, il est membre de la plate-forme DESC-Wondo, spécialisée dans l’analyse des questions militaires et géopolitiques au Congo et dans la région des Grands Lacs.

Un magazine Eglises du Monde diffusé ce mercredi 20 avril 2016 à 21h45. A revoir ensuite sur cette page.