Soutenue par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l'ONG Afrique Secours et Assistance a organisé vendredi dernier, à Bangui, une concertation nationale des chefs traditionnels. Une grande première qui a mis en pratique l'une des recommandations du Forum de réconciliation de Bangui (mai 2015), qui avait insisté sur la nécessité de rechercher la cohésion sociale par la base.

Depuis longtemps, l'Eglise catholique en Centrafrique a travaillé à cette cohésion nationale par la base sous l'égide de celui qui était encore Monseigneur Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui. KTO avait régulièrement montré combien cet acteur majeur de la paix dans son pays, marchant aux côtés de l'imam et du pasteur de la capitale, n'avait eu de cesse d´aller à la rencontre des populations touchées par des violences ethniques et traumatisées par près de quatre ans de guerre civile.

Il y a un an, malgré l'instabilité du pays, le Pape François avait choisi de se rendre dans ce pays peu avant les élections présidentielles afin d'encourager à la paix. Et il avait appuyé l'action courageuse de cet archevêque de Bangui. Le 19 novembre dernier, le Saint-Père l'a créé cardinal à Rome.

A l'occasion de son passage en France, Stéphanie Dupasquier le reçoit sur son plateau d'Eglises du Monde : le Cardinal Dieudonné Nzapalainga s'exprime à propos de la situation actuelle en Centrafrique et évoque ses projets courageux à l’intention des populations déplacées et des jeunes.

Eglises du Monde à voir sur KTO ce mercredi 21 décembre à 21h45, et à revoir ensuite sur cette page.