Le temps de la retraite était venu pour tous les deux. Après une vie d’ingénieur pour Jean et d’enseignante en lycée pour Marie-Thérèse, ce couple marié par le Père Jean-Marie Lustiger comptait prendre un peu plus de temps pour lui, ses petits-enfants, et ses engagements dans l’Eglise. Jean sortait d’un cancer et les époux avaient souffert de la mort d’un de leurs fils à 16 ans.

Et la maladie est arrivée : petit à petit, Jean est devenu aphasique, agnosique, apraxique avec une maladie similaire à celle d’Alzheimer.

Sur le plateau d’Un Cœur qui écoute, trois ans après le décès de Jean, Marie-Thérèse Dressayre raconte ces quinze années de combat contre le désespoir, avec une foi qui chancelle au fur et à mesure que se dégrade la santé de son mari.

Sur le plateau de KTO comme dans son livre « C’est un autre qui nouera ta ceinture. La foi au risque d’Alzheimer » (Salvator), elle déclare avec sérénité que les ténèbres n’ont pas forcément le dernier mot.

Un Cœur qui écoute à voir sur KTO ce vendredi 16 décembre à 22h25, et à revoir ensuite sur cette page.